Les 37 questions les plus posées lors d’un entretien d’embauche

Les entretiens d’embauche permettent au recruteur de vérifier la correspondance du futur employé à son poste, mais aussi, à l’employé de recueillir des informations sur ses responsabilités, son équipe, ses possibilités d’évolution et autres. Grâce à l’entretien, vous saurez si ce poste est fait pour vous. Du côté du recruteur, il s’assure de ne pas se tromper sur votre compte.

Ainsi, la phase d’entretien peut faire intervenir une large plage de questions auxquelles vous devrez répondre. À la fin, le recruteur peut également vouloir recevoir des questions de votre part. Il est crucial que vous en ayez quelques-unes. En utilisant votre liste à questions, vous serez sûr de parler de tous les points importants sans perdre du temps.

Par ailleurs, sachez que les questions posées par le recruteur lors d’un entretien doivent avoir des réponses cohérentes et logiques.

À travers cet article, nous vous aidons à répondre efficacement à 37 questions, qui pourraient vous être posées par un recruteur.

1. Pouvez-vous nous parler de vous ?

Cette question permet de recueillir des détails sur la personnalité du candidat, sa situation actuelle ainsi que son parcours. Indispensable lors d’une phase d’entretien, cette question demeure un facteur déterminant dans le résultat final de l’entretien. Il y va donc de votre intérêt de réaliser une bonne entame. Vous serez ainsi moins stressé.

2. De quel emploi avez-vous toujours rêvé ?

Une réponse directement liée à un nom de poste et aux missions potentielles est susceptible de créer d’autres questions de la part de votre recruteur. Il cherchera ainsi à savoir si vous avez les potentialités nécessaires pour ce poste. L’idéal est de se concentrer sur des expressions n’ayant aucune originalité, et de parler sur le plan général.

3. Quelles sont les raisons qui vous poussent à quitter votre poste actuel ?

Cette interrogation permet au recruteur de vérifier votre niveau de fiabilité. Vous devrez alors rester positif. Vous n’avez, par exemple, aucun intérêt à critiquer votre précédent employeur. Avant le jour de l’entretien, vous devez apprendre à parler de lui, pour éviter toute possibilité de stress. Vous devez penser aux différents facteurs évidents qui vous amènent à passer à un autre travail, en évitant de parler de manière négative du passé.

4. Quelle est votre plus grande faiblesse ?

Ici, évitez surtout d’élargir vos champs de réponse. Restez concentrer sur les aspects que vous jugez vraiment être une faiblesse pour vous. Aussi, vous devez mettre l’accent sur vos défauts professionnels, et non sur vos défauts personnels.

5. Quels sont vos points forts ?

Pour mieux répondre à cette question, vous devez connaître au préalable vos points forts. Accompagnez-les d’arguments et d’exemples concrets. Vous pouvez mettre un accent particulier sur tout ce qui justifie votre appréciation par les collègues. Mais, n’abusez surtout pas.

6. Que vous savez de notre structure ?

Avant l’entretien, vous devez vous renseigner sur la structure via Internet, les réseaux sociaux ou tous autres moyens. Si possible, basez votre recherche aussi bien sur l’entreprise que sur votre recruteur. Ce dernier doit lire en vous, l’attitude de celui qui a préparé son entretien d’embauche, et qui cherche à être plus près de la structure.

7. Pour quelles raisons devrions-nous vous embaucher ?

À cette interrogation, vous êtes appelé à montrer au recruteur qu’il a besoin de vous autant que vous avez besoin de lui. Par ailleurs, ne dites rien pouvant aller dans le sens d’une quelconque comparaison avec les autres candidats.

8. Pensez-vous avoir réussi ?

Il est évident que la réponse à cette question soit oui. Dire qu’on se considère comme une personne intelligente ne voudra pas dire qu’on surpasse tout le monde. C’est le moment idéal pour parler de vos réussites sur les plans nécessaires (professionnel, scolaire, personnel…).

9. Pourquoi avez-vous passé cette longue période sans emploi ?

Ici, vous pouvez parler des diverses formations ou activités que vous avez menées durant votre période sans emploi. Par exemple, parler des cours d’approfondissement que vous avez reçu en anglais, des stages professionnels effectués, etc.

10. Quels sont les avis de vos collègues sur votre personne ?

Face à cette question, vous devez vous concentrer sur les compliments que formulent souvent vos collègues envers vous. Attention, n’exagérez surtout pas. Cette question est semblable à celle portant sur vos qualités.

11. Pendant combien de temps comptez-vous travailler pour nous ?

Optez pour une plage de temps. Vous devez éviter d’être précis. Ainsi, vous pouvez répondre par exemple : « Indéfiniment tant qu’on sera tous deux satisfaits ». C’est une réponse qui vous permet de ne pas vous limiter.

12. Pensez-vous être sur-qualifié pour ce poste ?

Vous devez répondre à cette question avec certitude et vigueur. Vous devez avancer des arguments montrant que vous avez les compétences nécessaires pour occuper le poste concerné. Le recruteur ne doit soupçonner en aucun cas, que vous avez des doutes quelconques.

13. Quel est le mode de gestion de votre prospection commerciale ?

Cette question est généralement posée dans les entreprises exerçant des activités commerciales. Le but est d’avoir des idées sur les qualités pratiques du candidat, de même que sur son quotidien professionnel. Vous êtes donc appelé à relater les faits, et à parler de vos qualités en la matière.

14. Êtes-vous passionné par le travail en équipe ?

À cette question, vous devez apporter une réponse positive, c’est-à-dire un oui. Pour vous montrer plus convaincant, essayer de raconter comment vous avez pu avoir des résultats positifs en équipe. Toutefois, éviter de tomber dans l’exagération.

15. Pouvez-vous nous parler de votre philosophie au travail ?

Faites attention à ne pas donner un adjectif pour répondre à cette question. Mettez en valeur vos potentiels, les efforts et l’énergie que vous avez offerts à une équipe à laquelle vous avez appartenu.

16. Quelle place préférez-vous occuper dans une équipe de travail pour l’exécution d’un projet ?

N’optez pas pour une place de leader ni pour une de suiveur. Faites comprendre à votre recruteur que vous avez une grande capacité d’adaptation. Cela démontrera votre aptitude à être polyvalent.

17. Qu’est-ce que vous n’aimez pas chez vos collègues ?

La réponse est simple : grâce à votre capacité d’adaptation, vous vous entendez généralement bien avec tous vos collègues. Avec ce genre de question, il faut être prudent, pour ne pas tomber dans des critiques négatives de son ancienne entreprise.

18. Pourquoi pensez-vous être capable de réussir à ce poste ?

Les premiers arguments à mettre en avant doivent être relatifs à vos compétences, et aux expériences acquises à vos postes antérieurs. De plus, vous parlerez de vos apports lors des périodes de crise. C’est un aspect très important pour convaincre votre recruteur.

19. Quelle est votre plus grande motivation : les attributions du poste ou le salaire ?

Dites que ces deux points sont importants. Ne privilégiez pas une motivation au détriment de l’autre. En faisant cela, vous risquez de vous pénaliser.

20. Que pensait de vous votre ancien employeur ?

Racontez quelques faits ou situations que vous avez vécus, et qui pourraient mettre en valeur vos points forts avec votre ancien employeur. Si possible, appuyez tout cela par une lettre de recommandation.

21. Avez-vous la capacité de travailler sous pression ?

C’est une question à laquelle vous devez faire beaucoup attention. Il est important d’énumérer des exemples de situations au cours desquelles, vous vous êtes montré brillant sous la pression. Montrez au recruteur que vous avez la capacité de faire tout ce qui est de votre mieux dans les moments difficiles.

22. Que pensez-vous faire pour compenser votre manque d’expérience ?

Vous devez mettre votre recruteur en confiance. Pour ce faire, commencez à apporter des détails sur vos réussites, ainsi que les différentes voies par lesquelles vous avez pu acquérir de l’expérience.

23. À quel moment penserez-vous avoir réussi à ce poste ?

Veillez à bien formuler votre réponse pour que le recruteur n’y sente aucun caractère d’arrogance. Vous pouvez répondre : « une fois que j’aurais rempli, et même dépassé, toutes les missions qui me seront confiées ».

24. Pourriez-vous faire passer les intérêts de la société avant les vôtres ?

Répondez oui. Là, le recruteur veut vous tester, dans le but de déterminer votre niveau d’implication dans la société. C’est une question qui lui permet de savoir à quel point vous êtes déterminé à atteindre les objectifs fixés.

25. Où pensez-vous être dans 5 ans ?

Pour répondre à cette question, il faudra être pertinent, en tenant compte des formations et expériences énumérées dans votre CV. Prouvez que vous avez une bonne vision.

26. Quelles leçons retenez-vous de vos erreurs antérieures ?

Vous n’avez pas à raconter seulement les échecs et gaffes auxquels vous avez fait face dans votre ancienne société. Concentrez-vous simplement sur les principales erreurs, en mettant surtout l’accent sur les leçons retenues.

27. Si vous étiez un recruteur, qu’attendez-vous de votre candidat pour ce poste ?

Votre réponse doit combiner la description du poste et les compétences que vous avez. N’hésitez pas à justifier tous vos avis pour vous donner plus de crédibilité.

28. Qu’est-ce que vous attendez de ce poste ?

Pour parfaire votre réponse, mettez-vous d’abord dans la peau de celui qui a été déjà retenu. Répondez ensuite comme ce dernier afin de montrer au recruteur que vous avez la capacité d’occuper ce poste.

29. Comment prenez-vous les critiques ?

Dites que vous avez toujours su que les critiques ne sont que des moyens de perfectionnement, et que vous ne les considérez pas comme des attaques personnelles. Vous pouvez illustrer votre raisonnement par des exemples.

30. Pouvez-vous nous parler de vos prétentions salariales ?

Cette interrogation permet de jauger le niveau de préparation et la capacité du candidat à réfléchir. Avant de donner votre avis, vous devez bien faire l’analyse du montant, en tenant compte du niveau du poste et de vos compétences. L’idéal est d’avoir une réponse préparée à cette question avant l’entretien.

31. Pouvez-vous nous parler de votre disponibilité ?

Cette question permet au recruteur d’avoir des idées de la vie pratique du candidat, et d’évaluer son niveau de motivation pour ce travail. L’idéal pour vous est de dire que vous êtes prêt à commencer à tout moment.

32. Quels sont vos hobbies ?

Parfois, certains recruteurs posent cette question lorsqu’ils constatent que le candidat est stressé lors de l’entretien. On l’amène alors à parler de ce qu’il aime pour qu’il soit plus détendu. N’hésitez pas à parler de la partie « centres d’intérêt » de votre CV.

33. Quelles sont vos stratégies d’adaptation à votre nouvel environnement ?

Cette question est plus ou moins inattendue, mais il est important de se préparer correctement avant d’y répondre. Le but du recruteur ici est de tester vos qualités collaboratives, votre capacité à pouvoir vous adapter à un nouveau milieu, et votre niveau social.

34. S’il vous était possible de revenir en arrière, répéteriez-vous vos actions passées ?

Si la réponse à cette interrogation s’avère un peu compliquée, elle permet toutefois de vérifier si le candidat reconnaît ses erreurs du passé, et est déterminé à les corriger. Répondez alors de manière à ce que le recruteur sente que vous avez tiré des leçons de vos erreurs.

35. Quelle négociation semble-vous donner plus de fierté ?

Cette question est souvent posée aussi bien pour détendre le candidat que pour lui permettre de garder confiance. Vous devez être détendu, et répondre simplement.

36. Quels résultats avez-vous obtenus au cours de votre expérience antérieure ?

Le recruteur s’attend à obtenir de vous les différents points de votre parcours. Fournissez une réponse riche, avec des aspects concrets et quantifiables. Normalement, vos résultats doivent être en adéquation avec les objectifs fixés. Votre intervention doit prendre également en compte la procédure mise en place pour l’obtention de ces résultats.

37. Avez-vous des questions ?

Généralement mise en dernière position, cette interrogation doit vous amener à poser à votre tour des questions au recruteur. Éviter surtout les questions bateaux. Posez des questions pertinentes et concrètes. Vous pouvez viser le cadre de travail, l’effectif de l’équipe, ou les conditions de travail.

Écrire un commentaire